Les taux d’emprunt sont à nouveau à un plus bas historique !

Avec une bonne nouvelle si vous voulez acheter de la pierre ce matin, les taux d’emprunt sont à nouveau à un plus bas historique. C’est ce que nous dit l’Observatoire Crédit Logement CSA. D’abord, à combien on emprunte en moyenne en ce moment en France, 1,05 % en moyenne en août et même mi septembre. Là, on est à 0,9 % en octobre et les prêts n’ont jamais été aussi longs puisqu’en mars, on était à 20 ans, pratiquement à 19 ans et demi en moyenne.

Les taux sont au plus bas mais attention cela reste un taux hors assurance

Il faut jamais négliger l’assurance qu’on regarde le taux d’emprunt. On oublie complètement le taux d’assurance. Et d’ailleurs, cette assurance, il faut faire jouer la concurrence. On n’est absolument pas obligé de prendre l’assurance que vous propose celui qui vous prête de l’argent. Normalement, l’Assurance n’est pas obligatoire mais dans les faits, elle l’est parce qu’une banque aura du mal à vous dire un mot vous dira non pour un crédit si vous n’avez pas d’assurance.

Il y a un paradoxe, parce que d’un côté, le crédit est de moins en moins cher, mais le volume de prêt accordé recule. C’est vrai que là, on a sur trois mois moins 1,6% dans le nombre de prêts accordés. Alors il y a deux explications pénurie d’offres. Il y a plein de gens qui veulent acheter, mais ils trouvent pas de bien. Ça, c’est une réalité. Il y a aussi l’offre.

La demande de prêt immobilier est renforcée

La demande est renforcée par le fait qu’il y a eu toute cette épargne accumulée pendant l’année COVID,, ça fait naître des projets immobiliers. Puis il y a un deuxième élément, c’est le resserrement des conditions d’emprunt. Vous savez que maintenant, le taux d’effort, il est à 35% et pas au delà de 35 % maximum. C’est ce que vous devez rembourser par rapport à vos revenus tous les mois. Et là, maintenant, les banques s’y tiennent.

La demande de prêt immobilier est renforcée

On va inclure dans le calcul de cette capacité de remboursement le prix de l’assurance. Alors qu’avant, généralement, on ne le faisait pas. L’exigence d’un apport, c’est pratiquement systématique aujourd’hui. On s’est rendu compte que les banques étaient assez prudentes pour accorder des prêts à des gens qui sont au chômage partiel, figurez vous.

Lire aussi : Le Prêt à taux zéro, l’explication en 2021 !

Ce recul des taux immobiliers va continuer parce que ça fait des mois qu’on dit ça baisse, mais ça va arrêter de baisser ?

Il n’y a pas de raison que ça remonte. C’est très, très lié aux taux longs. Le taux longs, c’est le taux auquel la France emprunte et généralement, les taux immobiliers suivent exactement la même pente. Donc les taux longs aujourd’hui sont très bas. Après le crédit, ça reste immobilier. C’est le produit d’appel des banques chez AXA qu’elles attirent le chaland, donc elles se font de la concurrence. Donc, la concurrence plaide effectivement pour que les taux ne remontent pas.

Ce qui pourrait freiner cette courbe des taux vers le bas, c’est peut être des nouvelles exigences du Haut Conseil de la stabilité financière, comme d’ailleurs il l’avait fait en durcissant les conditions d’emprunt à fin 2019, à un moment où les taux étaient aussi très bas. Donc, fondamentalement, il n’y a pas de risque de voir les taux remonter. Par contre, il faut regarder les prix quand même. On a vu qu’il y avait beaucoup, beaucoup de demandes.

Il n’y a pas beaucoup d’offres et là, on est vraiment un peu à la cave en termes de construction de logements neufs. Donc, on a un peu les arguments, les ingrédients d’une hausse de prix.

5/5 - (3 votes)
Benedicte

Benedicte

Bénédicte est experte en fiscalité. En charge de cette section sur notre média, Bénédicte vous partage son expertise au travers d'articles de blogs et d'actualité. Retrouvez régulièrement les dernières informations et législations concertant la fiscalité en France et à l'étranger.