logoACI

Prêt immobilier : une fin d'année placée sous le signe des taux bas

06 Novembre 2013

Prêt immobilier : une fin d'année placée sous le signe des taux bas


Après une remontée qui aura duré quatre mois, la majorité des observateurs s'accordent à constater une certaine stabilité des taux de prêt immobilier. Parmi eux, le courtier estime que les taux devraient continuer à rester bas au cours des prochaines semaines mais exclut toutefois la perspective d'une éventuelle baisse.

Depuis un mois de juin marquant la fin d'une longue période de correction, les taux de prêt immobilier auraient regagné près de 0,20%. Craignant une remontée plus brutale, les candidats à l'emprunt seront sans doute ravis d'apprendre que ce bref mouvement haussier a désormais cédé sa place à une phase de stabilisation. Une accalmie débutée en octobre et qui semble devoir se poursuivre sur ce mois de novembre.

Dans le détail, si on l'en croit, les taux de crédit s'établissent en ce début novembre à 3% sur 10 ans, 3,25% sur 15 ans et à 3,59% sur 20 ans. Quant aux prêts immobiliers de plus longue durée (25 ans), ils affichent un taux moyen frôlant les 4% (3,96%). De quoi autoriser le courtier à évoquer le niveau “toujours très bas” de ces derniers. Aucune fluctuation sur les taux d'assurance de crédit immobilier n'a été observé.

Trouvant son explication dans le repli récemment opéré par l'OAT 10 ans (ce taux financier passant en moins d'un mois de 2,45% à 2,32%), cet arrêt de la hausse des taux doit également beaucoup à la vive concurrence que se livrent toujours les établissements bancaires. Néanmoins, si cette pause automnale apparaît bien réelle, elle devrait toutefois n'être que passagère, comme le précise le directeur général adjoint : "il ne faut pas s'attendre à un retour à la baisse. La hausse reprendra inéluctablement dans les prochains mois, mais toujours de façon modérée".

Outre des taux d'emprunt particulièrement attractifs, l'orientation baissière affichée par les prix et la progression du pouvoir d'achat immobilier des ménages (+8% entre janvier 2012 et octobre 2013 selon lui) devraient permettre à la production de crédits de croître de +20% par rapport à l'année précédente.

VOS REACTIONS