logoACI

Prêt immobilier : un an et demi de baisse des taux

Aujourd'hui à : 16:05

Prêt immobilier : un an et demi de baisse des taux


C'est un fait que l'on ne cesse de répéter, mois après mois les taux de prêt immobilier ont vu les baisses se succéder pour s'établir désormais à des niveaux extrêmement bas. Si la pérennité de ce mouvement de repli aura sans doute occulté, dans l'esprit de bon nombre d'entre nous, l'époque où les taux s'orientaient à la hausse, l'ANIL nous rafraîchit aujourd'hui la mémoire. En effet, dans son dernier indicateur des taux, l'Agence constate une énième baisse des taux et ce, pour le sixième trimestre consécutif.

« La baisse se poursuit, pour le sixième trimestre consécutif. Il est dorénavant relativement courant d'emprunter à un taux inférieur à 3% si l'on dispose d'un bon apport personnel », note l'ANIL dans son dernier indicateur des taux. Sur les 8 établissements prêteurs qui communiquent régulièrement leurs données à l'Agence nationale d'information sur le logement, aucun ne semblent avoir révisé ses taux à la hausse en ce deuxième trimestre 2013.

Dans le détail, si les usagers de la Banque Postale peuvent se réjouir d'obtenir les taux de prêt immobilier les plus bas (2,70 % sur 15 ans pour un taux fixe, 3,20 % pour un taux variable), les emprunteurs connaissent des fortunes diverses selon leur établissement : 2,80 % sur 15 ans au Crédit Lyonnais, 2,90 % au Crédit Agricole ou au Crédit Foncier, 3,05 % au Crédit Mutuel, 3,10 % auprès de la Caisse d'Epargne ou encore 3,25 % chez BNP Paribas. A noter que les taux présentés ici le sont hors assurance de prêt et correspondent aux minima observés sur la période concernée.

Conséquence directe de ces niveaux « hors-norme » affichés par les taux, l'ANIL constate à son tour (sans véritablement plus de précisions) le rétablissement progressif enregistré par la production de crédits immobiliers (en chute libre tout au long de l'année 2012). De l'avis de l'Agence, ce redressement s'explique en partie par les « nombreuses demandes de renégociation ou de rachat d'emprunts contractés avant 2010 » motivées par la baisse des taux.

VOS REACTIONS