logoACI

Prêt immobilier : les taux portent le marché à bout de bras

12 Mars 2014

Prêt immobilier : les taux portent le marché à bout de bras


Si l'on en croit bon nombre de professionnels, face à un marché toujours convalescent, l'immobilier fonde désormais ses espoirs de reprise sur l'attractivité des taux d'emprunt.

L'immobilier dans l'expectative face à une baisse mesurée des prix

Alors que certains misaient sur un retournement brutal des prix pour relancer le marché immobilier, force est de constater que l'année 2013 n'aura finalement affiché qu'une correction somme toute limitée en la matière. Dans une récente étude, le Crédit Foncier faisait ainsi état d'une baisse des prix de l'ordre de -1,5% à Paris et de -1,3% en province. Sur la bonne voie, cette évolution des prix n'a toutefois pas de quoi susciter outre mesure l'engouement des candidats à l'achat, surtout lorsque l'on considère les perspectives livrées par l'établissement financier pour cet exercice 2014 (-1,7% de baisse à l'échelle nationale sur l'ensemble de l'année). Et pourtant, face à un recul significatif des prix qui se fait attendre, le marché ne semble pas vouloir se départir de sa stabilité.

Les taux de prêt immobilier : véritables sauveurs du marché

Une stabilité qui tient à ces quelques mots : taux de prêt immobilier. En effet, le secteur du logement présente depuis de longs mois maintenant un marché tenu à bout de bras par des taux de crédit d'une attractivité rarement égalée. Dans les faits, en à peine un an les taux d'emprunts ont cédé près de 0,15% pour proposer aux acquéreurs potentiels des taux avoisinant les 3,30% sur 20 ans. Une telle faiblesse de niveau s'explique certes par l'influence de taux directeurs eux aussi extrêmement accommodants (tant le taux de la BCE que les OAT) mais également par la volonté des banques de ne pas scier la branche sur laquelle elles sont assises. A ce sujet, Sandrine Allonier, estime qu' "aujourd'hui, les banques ont conscience que ce qui soutient le marché, c'est la bassesse des taux. Le moindre choc pourrait venir perturber le marché immobilier donc les taux vont rester bas".

VOS REACTIONS