logoACI

Prêt immobilier : les taux bas ont encore de longs mois devant eux

12 Mai 2014

Prêt immobilier : les taux bas ont encore de longs mois devant eux


En dévoilant la semaine dernière sa note de conjoncture, l'Observatoire Crédit Logement a non seulement fait état d'une attractivité que n'avaient plus connu les taux d'emprunt depuis près de 60 ans mais a également réfuté tout risque de remontée brutale des taux pour les mois à venir.

Prêt immobilier : un sursit pour les taux bas ?

Les candidats à l'achat immobilier disposeraient-ils encore de longs mois pour pleinement profiter du niveau particulièrement avantageux des taux de prêt ? Si certains peuvent en douter et continuer de miser sur une hausse imminente, d'autres en revanche privilégient un scénario bien plus propice aux emprunteurs. Par voie de communiqué, le courtier Credixia déclarait ainsi il y a peu ne pas s'attendre à une quelconque remontée des taux pour cette année 2014.

L'observatoire Crédit Logement écarte les pronostics des courtiers

Sans se montrer aussi catégorique, l'Observatoire Crédit Logement dresse pour sa part un constat similaire en précisant que "c'est la première fois depuis la fin des années 40 que les taux des crédits restent aussi bas, pendant aussi longtemps, sans risque de remontée rapide". Si la majorité des courtiers tablent sur une hausse des taux de l'ordre de 50 points de base d'ici à la fin de l'année, l'observatoire s'appuie sur l'impact positif que devraient avoir les marchés financiers (OAT et taux de refinancement de la BCE notamment) pour récuser un tel scénario.

Les éléments plaidant pour la pérennité des taux bas

Alors que la Banque centrale européenne vient d'annoncer le gel de son principal taux directeur à 0,25%, l'observatoire croit savoir qu'un nouveau geste de soutien de la part de la BCE pourrait éventuellement être prochainement à l'ordre du jour (l'étude évoquant un abaissement du taux directeur de 0,15% dans les mois à venir ainsi que “son maintien à ce bas niveau jusqu'en fin 2015”). Associer aux remises commerciales que pourraient être tentés d'opérer les établissements bancaires en quête de clientèle, une telle perspective incite l'observatoire à déclarer que "les conditions de crédit devraient donc rester bonnes, au moins jusqu'à l'automne".

VOS REACTIONS