logoACI

Prêt immobilier : les taux au plus bas au 3ème trimestre

23 octobre 2014

Prêt immobilier : les taux au plus bas au 3ème trimestre


Alors que le scénario d'une remontée des taux de prêt immobilier a, depuis de nombreuses semaines maintenant, été relégué au rang d'éventualité hautement improbable, les publications se multiplient pour mettre en lumière l'attractivité actuelle des conditions d'emprunt. Dernière en date, celle dévoilée par l'Observatoire Crédit Logement qui dresse le bilan de ce troisième trimestre 2014.

La baisse des taux a créé la surprise au 3ème trimestre

S'ils se sont montrés particulièrement avantageux lors des premier et deuxième trimestres, les taux de prêt immobilier n'avaient toutefois pas encore atteint leur plancher. Alors que le troisième trimestre devait, selon la majorité des observateurs, marquer le début d'une stabilisation des taux, il aura finalement été le théâtre d'un énième mouvement baissier. L'étude publiée cette semaine note ainsi que sur les mois de juillet, août et septembre, les taux d'emprunt se sont établis à une moyenne de 2,65%. Après avoir affiché une moyenne déjà extrêmement attractive de 2,85% au 2ème trimestre, les taux se sont donc une nouvelle fois repliés (de 49 points sur l'ensemble de l'année) autorisant désormais les auteurs de l'étude de à déclarer que leur attractivité « a fait plus pour redynamiser les marchés privés que tous les dispositifs publics actuels d'incitation et d'aide ».

Dans le détail, les emprunteurs souhaitant acheter un bien immobilier neuf ont pu négocier leur prêt à un taux moyen de 2,61% (contre 3,08% en décembre 2013). Quant à ceux optant pour un logement ancien, le taux de prêt moyen dont ils ont pu profiter s'est élevé à 2,58% (contre là encore 3,08% fin 2013).

Dans un marché atone, la production de crédits recule

Si l'Observatoire souligne que l'énorme majorité des prêts immobiliers distribués accordés en septembre l'ont été à un taux n'excédant pas les 3,5%, il note toutefois que la production de crédits s'est dans le même temps repliée de 4,5% sur un an, traduisant ainsi l'attentisme manifeste des candidats à l'achat.

VOS REACTIONS