logoACI

Prêt immobilier : les conditions d'emprunt se durcissent

11 Juin 2014

Prêt immobilier : les conditions d'emprunt se durcissent


Dans un entretien accordé cette semaine au site d'information toutsurlescredits.com, Priscilla Ponce, adjointe de direction du réseau immobilier Maxihome, a évoqué l'attractivité actuelle des taux de prêt immobilier mais a surtout souligné le sensible durcissement opéré par les établissements bancaires en matière de conditions d'octroi.

Prêt immobilier : les taux baissent, pas les critères d'octroi

S'ils se sont récemment distingués en s'établissant à un nouveau plus bas historique, les taux de crédit immobilier ne cessent de susciter l'enthousiasme des candidats à l'achat. Elément resolvabilisateur pour les uns, opportunité d'emprunter plus pour les autres, l'attractivité des taux aura très certainement marqué ce 1er semestre 2014 de son empreinte. Et pourtant, dans un contexte où tout semble sourire aux emprunteurs potentiels, une zone d'ombre se dessine lorsque l'on évoque les critères d'octroi appliqués par les banques.

Des banques qui scrutent leurs emprunteurs à la loupe

"Il faut bien comprendre que chaque banque a ses propres conditions d'octroi : certaines peuvent refuser un client qui sera accepté par une concurrente", souligne Priscilla Ponce. Néanmoins, l'adjointe de direction du réseau Maxihome ne peut que se rendre à l'évidence : "les conditions ont été sensiblement resserrées depuis 2008 et cela ne va pas en s'améliorant". S'ils peuvent consentir à certains efforts en matière de taux de prêt, les établissements semblent moins enclin à faire de même au sujet de "l'évaluation du risque", portant notamment une attention toute particulière à la capacité du futur emprunteur à gérer son compte bancaire. "Chaque mouvement bancaire effectué sur les trois derniers mois est étudié. C'est une procédure très intrusive pour l'emprunteur, qui permet à la banque de déterminer s'il présente un profil plutôt épargnant ou au contraire consommateur", explique Priscilla Ponce.

Cette dernière n'est d'ailleurs pas la seule à évoquer ce durcissement des conditions d'octroi. A l'occasion de son baromètre des taux du mois de juin, Ulrich Maurel, Président du courtier Immoprêt, notait que "suite à la pression des autorités financières de Bruxelles, [...] les banques resserrent leur critère de risque, en particulier sur les financements sans apport…"

VOS REACTIONS