logoACI

Les Trophées de l'assurance emprunteur

03 octobre 2013

Les Trophées de l'assurance emprunteur


Militant pour un secteur de l'assurance emprunteur réellement libre avec notamment la possibilité pour les consommateurs de résilier celle-ci en cours de prêt, l'association Assurance Emprunteur Citoyen (AEC) vient de décerner différents trophées aux établissements bancaires en fonction de ce qu'ils proposent aux emprunteurs.

S'appuyant sur les nombreux témoignages de ses adhérents, l'association AEC (comptant dans ses rangs les fameux Piou Piou) est aujourd'hui en mesure de livrer un intéressant palmarès des établissements financiers et de leurs pratiques en matière d'assurance de prêt immobilier. Pour Assurance Emprunteur Citoyen, il s'agit avant tout « de désigner plusieurs prétendants aux distinctions d'honneur ou de déshonneur que notre association entend décerner pour montrer au grand public jusqu'où la situation de l'assurance emprunteur est floue et parfois contradictoire ».

Si une Palme d'Or est fort logiquement attribuée à l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, récompensant notamment la publication d'un « rapport détaillé examinant l'état du marché de l'assurance emprunteur trois ans après l'adoption de la Loi Lagarde », divers autres trophées récompensent quant à eux certaines initiatives louables mises en place par les banques.

La Banque Postale s'adjuge ainsi le prix de la « Transparence » grâce entre autre à un panel de prêts immobiliers « sans aucune ambiguïté » et à un respect certain de ses clients. Cette banque est en effet l'une des seules à informer le consommateur de la possibilité de résilier annuellement son assurance de prêt. Pour l'association, « c'est une preuve que les faux arguments de déstabilisation/démutualisation du marché brandis par les banques pour contrer le droit à résiliation annuelle ne sont que prétexte pour empêcher un marché margé à 50% de s'ouvrir à la concurrence ».

Il est en revanche des prix dont on se passerait bien. En se voyant octroyer la Palme de la « Mauvaise Foi », le Crédit Foncier ne viendra très certainement pas contredire cet état de fait. S'il faut en croire AEC, « cet établissement s'avère être le champion du refus sans justification de toute demande de substitution d'assurance de prêt alors même que les garanties alternatives proposées sont supérieures à celles du contrat de la banque ».

VOS REACTIONS