logoACI

Les taux de prêt immobilier baissent aussi en janvier

07 Janvier 2015

Les taux de prêt immobilier baissent aussi en janvier


La baisse des taux observée fin 2014 semble devoir se poursuivre en ce début d'année 2015. C'est en tout cas ce que constate le courtier Cafpi dans sa dernière « Météo des taux ».

La baisse des taux de prêt immobilier se poursuit en 2015

On prend les mêmes et on recommence, en matière de taux de prêt immobilier 2015 s'inscrit dans la tendance affichée au fil des mois en 2014. « Après une année entière de baisse, il n'a jamais été aussi peu coûteux d'emprunter à taux fixe, sur toutes les durées », note le courtier. Et la situation semble aujourd'hui devoir poursuivre dans cette voie. A l'occasion d'une récente publication, Cafpi précise ainsi que, « si les taux les plus bas s'érodent un peu, les plus hauts, en revanche, sont tous en baisse et s'avèrent inférieurs, en moyenne, de 21 points de base par rapport aux taux du marché ». Là où l'Observatoire Crédit Logement évoquait en début de semaine un taux moyen record de 2,36% (soit une perte de 72 points de base depuis le mois de décembre 2013), le courtier fait pour sa part état de taux moyens de 2,43% sur 15 ans, 2,70% sur 20 ans ou encore 3,20% sur 25 ans. Il convient toutefois de noter qu'il ne s'agit là que de moyennes de marché, le courtier prêchant pour sa paroisse en présentant des taux négociés bien plus attractifs (jusqu'à 2,25% sur 15 ans, 2,55% sur 20 ans et 2,95% sur 25 ans).

Les taux sont-ils trop bas ?

Si cette pérennité que semble devoir afficher la baisse des taux a de quoi réjouir les candidats à l'achat, le courtier fait paradoxalement part d'une certaine inquiétude. « Aussi favorables soient-ils, ces taux exceptionnels ne rassurent pas vraiment. Ils sont la conséquence de nouvelles tensions financières, notamment sur la dette grecque. Les investisseurs se tournent vers les autres pays d'Europe, et en premier l'Allemagne et la France où l'OAT à 10 ans est descendue à 0,812 % le 26 décembre, son plus bas historique ».

Le courtier milite pour une hausse des taux

Pointant du doigt le risque déflationniste qui pèse sur l'économie européenne mais aussi la relative faiblesse de la production de crédits (peu d'évolution entre 2013 et 2014) alors même que les taux sont au plus bas, le courtier prend à contre-pieds les partisans de la baisse en appelant de ses voeux une légère remontée des taux pour cette année. « Une croissance avec une légère remontée des taux serait préférable à des taux toujours plus bas, sans aucune croissance en perspective », a-t-il ainsi fait observer.

VOS REACTIONS