logoACI

Prêt immobilier : le scénario de la hausse des taux se précise

23 Aout 2013

Prêt immobilier : le scénario de la hausse des taux se précise


Dans son analyse semestrielle des taux de prêt immobilier, le courtier en ligne ACE a récemment établi trois scénarios possibles quant à leur évolution à plus ou moins courts termes. Plusieurs cas de figure donc mais un seul qui semble véritablement retenir l'attention : celui d'une remontée lente mais persistante des taux de crédit.

Baisse des taux et emprunteurs ont donc pris leurs vacances cet été mais seuls ces derniers seront au rendez-vous pour la rentrée. Engagé depuis maintenant plusieurs semaine, le mouvement haussier observé devrait en effet perdurer au cours des mois à venir. C'est en tout cas la perspective dressée par le courtier ACE pour qui le seul doute planant encore aujourd'hui concerne la virulence de cette remontée. A ce sujet, le courtier a bien son idée et estime « que la hausse sera plutôt régulière et lente : de 1 à 2 dixièmes chaque mois ». Une situation qui s'explique notamment par un contexte économique particulièrement tendu où « chaque mauvaise nouvelle sur l'économie des pays de l'Union Européenne fait planer un risque d'augmentation des taux ». S'établissant à 2,85 % au mois de juin, le taux pour un emprunt sur 20 ans (hors assurance de prêt) pourrait donc si l'on en croit le courtier avoisiner les 3 % en octobre et les 3,2 % au mois de décembre. A noter qu'il s'agit très certainement ici des meilleurs taux négociés par ACE, le taux moyen pour un crédit de cette durée tournant actuellement aux alentours des 3,40 %.

Bien que plus surprenante, l'hypothèse d'une stabilisation des taux constitue également l'un des scénarios retenus par le courtier. « Il est possible que sur une période de 6 mois ou 1 an, nous constations un maintien des taux dans une fourchette comprise entre 3 et 3,5 % pour les crédits sur 20 ans », précise-t-il ainsi.

Enfin, s'agissant d'un éventuel retour de la baisse, si une telle probabilité apparaît « inenvisageable aujourd'hui », elle ne peut toutefois pas totalement être exclue. « Les taux ont déjà surpris les acteurs du marché immobilier et financier en 2012 et 2013 ! », concède ACE.

VOS REACTIONS