logoACI

Le pouvoir d'achat des emprunteurs a explosé depuis 2012

16 Juillet 2015

Le pouvoir d'achat des emprunteurs a explosé depuis 2012


Conséquence directe de la baisse des taux qui a sévi de longs mois durant, le pouvoir d'achat immobilier des français a nettement progressé au cours des 3 dernières années. C'est en tout cas le constat dressé par le courtier Cafpi.

La capacité d'emprunt des ménages boostée par la baisse des taux

Si la hausse des taux de prêt immobilier a récemment fait un retour remarqué, le mouvement baissier qui anima le marché lors des trois dernières années semble avoir pleinement profité aux candidats à l'emprunt. Si l'on en croit Cafpi, pour une même mensualité (1000 euros par mois sur 20 ans), les particuliers ont vu leur capacité d'emprunt bondir entre 2012 et 2015. Concrètement, le courtier note qu'en passant de 4,05% en janvier 2012 à 1,91% en juillet 2015, le taux d'un prêt sur 20 ans a généré une envolée du montant empruntable de l'ordre de 35 044 euros supplémentaires. Pour s'acquitter d'un remboursement fixe de 1000 euros par mois, l'emprunteur de janvier 2012 devait souscrire un prêt immobilier d'un montant de 164 305 euros sur 20 ans. Un montant qui, plus de trois ans après, s'élève à 199 349 euros, soit en progression de +21,33%.

Le pouvoir d'achat immobilier continue de progresser

En développant leur capacité d'emprunt, la baisse des taux a également impacté le pouvoir d'achat immobilier des acquéreurs potentiels et ce, malgré une substantielle hausse des prix durant cette période. Le courtier constate à ce sujet qu'entre 2012 et 2015, le prix du mètre carré a progressé de 231 euros à Lyon, 295 euros à Bordeaux, 553 euros à Marseille ou encore 565 euros à Paris. Toutefois, si la baisse des taux semble avoir tiré sa révérence, c'est désormais au tour de la correction des prix de soutenir les candidats à l'achat. « Partout où les prix poursuivent leur repli, le pouvoir d'achat immobilier progresse », constate ainsi Cafpi.

Se penchant plus en détail sur le gain de pouvoir d'achat des ménages entre janvier 2012 et juillet 2015, le courtier estime que celui-ci s'est littéralement envolé dans la quasi-totalité des grandes villes françaises. En pratique, toujours pour une même mensualité de 1000 euros (sur 20 ans), les candidats peuvent aujourd'hui espérer devenir les heureux propriétaires de logements bien plus grands qu'il y a trois ans : +2,68 m² à Pris, +5,73 m² à Bordeaux, +6,73 m² à Lyon, +10,27 m² à Nice, +15,80 m² à Toulouse et jusqu'à +21 m² à Rennes ou Rouen.

VOS REACTIONS