logoACI

Immobilier : les investisseurs reviennent à la charge

21 Novembre 2014

Immobilier : les investisseurs reviennent à la charge


Dans un marché atone où les candidats à l'achat manquent cruellement à l'appel, il est une catégorie d'acheteurs qui semble devoir opérer un léger mais appréciable retour. Qu'ils soient promoteurs ou courtiers, les professionnels de l'immobilier constatent en effet un regain d'activité du côté des investisseurs, peut être motivé par un dispositif de défiscalisation Pinel plus attractif que son prédécesseur (le Duflot).

Investissement locatif : entre stabilisation …

Ce jeudi 20 octobre, la Fédération des promoteurs immobiliers dévoilait son bilan pour le 3ème trimestre 2014. Parmi le florilège de résultats particulièrement inquiétants enregistrés par le secteur de la construction (seulement 268 000 mises en chantier recensée depuis le début de l'année, un volume de vente en repli de -11% et des mises en vente chutant de -17,4%), la FPI n'aura finalement trouvé de réconfort qu'auprès des investisseurs. Sans pour autant être repassé dans le vert, le nombre de logements locatifs ayant trouvé preneur au cours de ce 3ème trimestre affiche une certaine stabilité en ne reculant que d'1%. « On a vu nettement plus de monde dans les bureaux de vente », s'est ainsi félicité François Payelle, le président de la fédération, au sujet des investisseurs.

… Et léger frémissement

Si les promoteurs observent donc un marché de l'immobilier locatif flirtant avec une évolution positive, le courtier Cafpi fait également état d'un sensible retour de cette frange d'acheteurs. Après s'être établie à 9% en septembre puis à 10% en novembre, la part des investisseurs parmi les particuliers souhaitant souscrire un prêt immobilier s'élève désormais à 12%. En dépit de conditions d'emprunt toujours extrêmement favorables, les primo-accédants semblent pour leur part s'être montrés relativement attentistes en ce mois de novembre pour se se replier de 88 à 87%.

« Un frémissement apparaît du côté des investisseurs », note ainsi le courtier avant de préciser toutefois qu'il « est encore trop tôt pour en déterminer la cause : préoccupations fiscales traditionnelles de la rentrée ou premiers effets du dispositif Pinel, remplaçant le Duflot depuis le 1er septembre ? ».

VOS REACTIONS