logoACI

Hausse des taux : un mal pour un bien ?

29 Juin 2015

Hausse des taux : un mal pour un bien ?


C'est désormais une certitude, la baisse des taux de prêt immobilier est bel et bien terminée. Quant à savoir si les candidats à l'achat doivent s'en inquiéter, rien n'est moins sûr.

La hausse des taux pèsera-t-elle sur le marché ?

Après plus d'un an et demi d'une baisse ininterrompue, les taux de prêt immobilier semblent désormais devoir s'orienter à la hausse. Pour bon nombre de professionnels, cette remontée des taux initiée fin mai par le groupe LCL, ne fait d'ailleurs pas l'ombre d'un doute. A l'occasion de son dernier baromètre, le courtier Empruntis constatait ainsi que « la quasi-totalité des banques a, à présent, augmenté ses barèmes ». Une évolution qui, à première vue, a tout du scénario catastrophe, tant pour les particuliers que pour les acteurs de l'immobilier. Cyril Janin, directeur général de Logic-immo, estimait ainsi récemment qu' « une éventuelle remontée des taux d'emprunt pourrait rapidement figer les projets en cours et donner un coup de frein brutal à une demande encore fragilisée par le contexte économique ».

Les particuliers n'ont pas à redouter la hausse des taux

Et pourtant, certains n'hésitent pas à s'interroger sur l'effet prétendument néfaste de cette hausse des taux de prêt immobilier. Directeur adjoint de Cafpi, Philippe Taboret semble d'ailleurs avoir bien du mal à garder son calme devant l'interprétation que bon nombre de professionnels font de ce mouvement haussier. Qualifiant certains discours d' « irresponsables », le courtier estime que la hausse des taux ne doit pas être considérée comme une tendance de fond mais plutôt comme une simple stratégie permettant aux banques submergées de demandes de s'octroyer un bol d'air salutaire. « Ce n'est pas en leur faisant peur que l'on rendra service aux candidats à l'acquisition immobilière et à l'emprunt », précise-t-il.

Vers une correction des prix

Les particuliers n'auraient donc aucune raison de redouter une hausse des taux d'emprunt et devraient même s'en féliciter. En effet, si l'on a coutume de présenter les taux bas comme l'un des principaux freins à la baisse des prix, leur remontée (synonyme d'un vivier d'acheteurs plus restreint) devrait donc logiquement s'accompagner d'une correction des prix. A ce sujet, Philippe Taboret explique qu'une progression des taux avoisinant les 0,25% sera en mesure de faire baisser le prix moyen de l'ordre de -2,25%.

Quand la hausse des taux relance les ventes

A la vue des récentes publications, tous les professionnels de l'immobilier n'ont pas non plus à s'inquiéter de la remontée des taux de crédit. Si les courtiers devraient certes voir leur clientèle se réduire, les agents immobiliers devraient quant à eux porter un tout autre regard sur ce mouvement haussier. En effet, face à la perspective de taux bien moins attractifs, les candidats à l'achat se pressent désormais pour concrétiser leur projet immobilier. De fait, si l'on en croit le réseau Guy Hoquet, entre les mois d'avril et juin, les ventes de logements auraient bondi de +18% (+20% sur le seul mois de mai).

VOS REACTIONS