logoACI

Assurance : la garantie en cas de décès, comment ça marche ?

31 Juillet 2014

Assurance : la garantie en cas de décès, comment ça marche ?


Une fois n'est pas coutume, la vidéo présentée aujourd'hui n'entretient de lien direct ni avec l'assurance emprunteur, ni avec le secteur du prêt immobilier. Il s'agit en effet de faire le point sur la garantie décès (ou contrat de prévoyance décès) souscrite afin d'apporter un soutien financier aux proches de l'assuré après sa mort.

Garantie décès : protéger ses proches après sa mort

Au même titre qu'une assurance décès invalidité couvrira le remboursement d'un prêt immobilier en cas de décès de l'emprunteur, la garantie prévoyance décès entre également en jeu au moment de la mort de l'assuré pour verser une certaine somme d'argent à ses proches (montant et bénéficiaires étant définis contractuellement).

Parmi les aléas de la vie qui peuvent mettre à mal l'équilibre d'un ménage, la perte d'un de ses membres s'avère sans doute le plus lourd de conséquence (tant sur un plan émotionnel que financier). La souscription d'une garantie décès permet d'alléger quelque peu le poids du décès de l'assuré en octroyant à ses bénéficiaires un capital ou une rente dont le montant sera prédéterminé dans le contrat.

Les multiples facettes de la garantie prévoyance décès

Comme pour toute assurance, le souscripteur devra s'acquitter d'une cotisation (généralement exonérée d'impôt). Si celle-ci dépendra de l'âge et de l'état de santé de l'assuré, son montant sera principalement fixé en fonction de la somme qui sera versée aux bénéficiaires en cas de décès (un capital ou une rente élevée impliquant une cotisation plus conséquente). Il convient également de noter qu'une garantie prévoyance décès peut revêtir deux formes bien distinctes : un contrat souscrit pour une durée limitée (à échéance l'assureur conserve les cotisations versées si l'assuré est encore en vie) et un contrat “vie entière” qui ne prendra fin qu'au moment du décès de l'assuré ou s'il est clôturé par celui-ci.

Enfin, certaines dispositions inscrites au sein du contrat (suicide lors de la 1ère année de souscription, pratique d'un sport dangereux, etc.) peuvent annuler purement et simplement le versement du capital aux bénéficiaires, c'est ce que l'on appelle les exclusions.

VOS REACTIONS