logoACI

Assurance de prêt : les jeunes la connaissent très mal

09 Mars 2015

Assurance de prêt : les jeunes la connaissent très mal


Dans sa dernière enquête, l'assureur April constate un fait pour le moins inquiétant : les jeunes emprunteurs ne savent pas réellement ce qu'est une assurance de prêt immobilier.

L'assurance de prêt immobilier peine à se faire connaître

Lorsque l'on souscrit un crédit en vue de concrétiser un projet immobilier, la banque imposera parallèlement à l'emprunteur la contraction d'une assurance destinée à pallier les éventuelles défaillances financières de celui-ci et à garantir le bon remboursement de son emprunt. Si des lois successives ont progressivement accru l'information et les droits du consommateur en la matière (la loi Lagarde tout d'abord puis la loi Hamon), force est de constater que l'assurance de prêt immobilier reste encore un mystère pour bon nombre de candidats à l'emprunt, notamment les plus jeunes. Un sondage réalisé par l'Ifop pour le compte d'April met en lumière le déficit de notoriété dont souffre actuellement l'assurance de prêt immobilier, un déficit qui peut en partie expliquer le manque d'intérêt des consommateurs pour des produits bien plus avantageux (les assurances individuelles) que ceux proposés traditionnellement par les établissements prêteurs (les assurances collectives).

L'assurance emprunteur : une inconnue pour les jeunes

Après avoir questionné un panel « représentatif de la population française » de quelques 1003 jeunes âgés de 18 à 35 ans, le sondage laisse entrevoir des résultats édifiants. Si 21% des personnes interrogées (27% en ce qui concerne les 25-35 ans) nourrissent le dessein d'acheter un bien immobilier cette année, leur connaissance globale de l'assurance emprunteur présente pourtant de sérieuses lacunes. Ils sont ainsi 30% à considérer la souscription de cette garantie comme facultative. Bien sûr, aucun texte de loi ne présente l'assurance de prêt comme strictement obligatoire mais, dans la très grande majorité des cas, la banque refusera l'octroi d'un crédit en l'absence de ce précieux sésame.

Concernant le coût d'une assurance de prêt, là encore le manque d'information dont dispose les consommateurs se révèle notable. En pratique, pour un emprunt de 150 000 euros souscrit sur 20 ans, le coût de l'assurance s'établira entre 5520 et 12 600 euros. Interrogés sur le sujet, seuls 31% des sondés ont fait état d'un prix s'inscrivant plus ou moins dans cette fourchette. Si près de 70% des français se révèlent donc incapables de fournir une estimation correcte du coût de ce produit, ils sont même 21% à penser qu'une assurance emprunteur leur coûtera moins de 1500 euros sur l'ensemble de la durée du prêt.

Un manque d'information néfaste pour le consommateur

Bien peu au fait en ce qui concerne ses tarifs, les jeunes consommateurs sont en revanche un peu plus nombreux à savoir que l'assurance représente un levier non négligeable quand il s'agit de réduire le coût global d'un crédit immobilier. A ce titre, 78% citent la mise en concurrence des établissements comme une source d'économies potentielles. Au vue des autres résultats, cette proportion pourrait paraître satisfaisante mais ne fait que renforcer les contradictions affichées par les candidats à l'emprunt. En effet, même en sachant pertinemment que la souscription d'une assurance individuelle présente de multiples avantages (coût réduit, couverture personnalisée), bien peu y ont aujourd'hui recours (85% optant pour l'offre de leur banque). Pour Roger Mainguy, directeur général d'April Santé Prévoyance, ce paradoxe s'explique là encore par la méconnaissance des usagers qui pensent à 38% « que la banque peut refuser l'assurance de prêt provenant d'un autre organisme ».

VOS REACTIONS