logoACI

Assurance de prêt : les emprunteurs boudent la délégation

06 Fevrier 2014

Assurance de prêt : les emprunteurs boudent la délégation


Menée pour le compte de la Fédération bancaire française (FBF), une récente étude semble démontrer l'efficacité de la loi Lagarde en matière d'assurance de prêt immobilier et tendrait à prouver que, bien qu'informés des possibilités qui s'offrent à eux, les candidats à l'emprunt choisissent majoritairement l'assurance proposée par leur banque. Sous couvert d'enquête informative, s'agirait-il là d'une tentative du lobby bancaire de s'opposer à la future réforme portée par Benoît Hamon ?

Si depuis septembre 2010 la loi Lagarde permet aux emprunteurs de souscrire leur assurance de prêt immobilier auprès d'un autre organisme que leur banque (à condition de disposer de garanties équivalentes), les publications n'ont eu de cesse de se multiplier pour pointer du doigt le peu d'efficacité du dispositif. Véritable avancée en matière de liberté des consommateurs, la loi Lagarde serait en effet parsemée de failles que les banques n'hésiteraient pas à exploiter pour conserver leur main mise sur le marché de l'assurance emprunteur.

Souscrire l'assurance de prêt de sa banque : un choix raisonné

Or, si l'on en croit l'enquête réalisée par l'Observatoire des crédits aux ménages (OCM) pour le compte de la FBF, les particuliers seraient relativement bien informés en ce qui concerne la loi Lagarde (et par extension la délégation d'assurance) mais considéreraient après mûre réflexion l'offre de leur banque comme l'option la plus judicieuse. Une analyse qui ne trouvera certainement pas foi auprès des associations de consommateurs (l'UFC-Que Choisir en tête) qui militent depuis plusieurs années maintenant pour que le secteur de l'assurance de prêt s'ouvre véritablement à la concurrence.

Les emprunteurs se détournent de la délégation d'assurance

Dans le détail, après avoir recueilli les déclarations de quelques 400 emprunteurs (ou en passe de le devenir dans les 6 mois à venir), l'OCM établit un constat sans appel : 78,9% des sondés ont opté pour l'assurance de prêt proposée par leur banque. Un choix qui semble avoir été mûrement réfléchi puisque 80% du panel déclare connaître la délégation d'assurance. Si 37,3% des personnes ayant déjà un crédit immobilier (et 50% de ceux qui envisagent d'en souscrire un) avouent être allé voir d'autres professionnels pour comparer les différentes offres, les emprunteurs reviendraient donc d'eux-mêmes à l'assurance de leur établissement prêteur, plébiscitant un produit de qualité et des démarches simplifiées. A noter que les auteurs de l'étude ne s'étendent pas sur les éventuels refus de délégation rencontrés par les particuliers, se contentant d'annoncer que seul 1,3% d'entre eux y sont confrontés.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes

L'étude tendrait donc à démontrer que le système actuel fonctionne bien et n'a donc aucunement besoin d'une quelconque réforme. Visant à demi-mot le projet de loi Consommation qui envisage d'offrir aux emprunteurs le droit de résilier un contrat d'assurance de prêt immobilier durant la première année d'engagement, cette enquête a donc de quoi irriter au plus haut point les partisans d'une assurance emprunteur réellement libre.

VOS REACTIONS