logoACI

Assurance de prêt : ce qui a changé ce 1er mai

04 Mai 2015

Assurance de prêt : ce qui a changé ce 1er mai


Secteur en constante évolution, l'assurance de prêt immobilier pourrait bien avoir franchi un nouveau cap ce vendredi 1er mai en offrant aux emprunteurs une clarification bienvenue.

Assurance de prêt : plus de concurrence depuis ce 1er mai 2015

Est-ce la fin du monopole des banques en matière d'assurance emprunteur ? Si l'on en est malheureusement pas encore là, ce 1er mai 2015 pourrait toutefois représenter une date charnière dans l'ouverture de ce secteur d'activité à plus de concurrence. En effet, depuis vendredi dernier, les candidats au crédit immobilier mais également les emprunteurs souhaitant renégocier leur contrat disposent d'un nouvel outil leur permettant de comparer les différentes offres d'assurance de prêt bien plus facilement. Déjà évoqué en mars dernier, cet « outil » a vu le jour dans le cadre d'une réflexion menée par le CCSF afin de parfaire la récente réforme de l'assurance emprunteur. Réunissant autour d'une même table assureurs et associations de consommateurs, le Comité consultatif du secteur financier entendait en effet apporter une réponse claire à l'un des principaux problèmes rencontrés par les usagers : l'équivalence de garanties.

Si en théorie un emprunteur peut, depuis la loi Lagarde de 2010, choisir librement l'assurance qui couvrira son prêt immobilier, en pratique l'opération se révèlait jusque-là plus compliquée qu'il n'y paraît. Afin de pouvoir s'affranchir du contrat proposé par sa banque, l'emprunteur devait opter pour une assurance individuelle affichant un niveau de garanties au moins similaire à l'offre bancaire. Or, les établissements prêteurs n'ont pas hésité à détourner ce point de règlement à leur avantage en dotant leurs propres contrats de nombreuses garanties annexes sur lesquelles les professionnels indépendants avaient bien du mal à s'aligner.

La liste des garanties obligatoires voit le jour

Depuis ce vendredi 1er mai 2015, cette pratique visant à décourager toute délégation d'assurance se heurte à un écueil de taille : la très récente liste des garanties minimales. Conformément aux décisions du CCSF, les banques doivent désormais présenter aux emprunteurs qui en feraient la demande une liste de 11 garanties obligatoires (à choisir parmi 18 possibles) à laquelle pourront éventuellement être associées 4 garanties supplémentaires. Destinée à offrir une vision claire et précise du niveau de couverture minimum que devra respecter toute délégation d'assurance, cette liste dote l'usager d'un outil de comparaison des plus précieux, comme le souligne Hamid Benamara, directeur général du comparateur d'assurances LesFurets : « pour le consommateur, l'intérêt est réel. Selon le ministère de l'Economie, un foyer qui emprunte 300 000 euros sur 20 ans peut économiser 9000 euros avec une assurance emprunteur renégociée ». A noter que si cette liste de garanties minimums est aujourd'hui belle et bien effective, il conviendra toutefois de patienter jusqu'au 1er octobre prochain pour qu'elle soit obligatoirement et automatiquement remise aux futurs assurés.

VOS REACTIONS

pseudo : Le breton 22

message : Quand vas t-on appliquer la même sanction aux chauffards qui sillonnent nos routes ? En matière d'assurance emprunteur, le risque devrait être mutualisé et non faire payer davantage les malades ou handicapés ! Je suis concerné et de ce fait, je ne peux même pas renégocier mes prêts. En réalité, mon banquier et son assureur groupe qui se targuent d'être mutualistes, font du gras sur mon dos !