logoACI

2015, année de la reprise pour l'immobilier

18 Fevrier 2015

2015, année de la reprise pour l'immobilier


Taux records, prix à la baisse, reprise économique, marchés financiers accommodants, si l'on en croit le courtier Cafpi, le secteur de l'immobilier sera bel et bien à la fête en cette année 2015.

En 2015, le soleil brillera sur l'immobilier

Après une année 2014 qui a vu les taux de prêt immobilier afficher des records d'attractivité, certains oscillent entre espoir et prudence en s'interrogeant sur ce qu'il convient d'attendre de cet exercice 2015. Cafpi ne se pose pas tant de question et affiche un optimisme inébranlable quant aux perspectives à venir. A l'occasion de sa dernière Météo des taux, le courtier estime en effet que « tout est réuni pour que 2015 soit, enfin, l'année de la reprise de l'immobilier d'habitation ».

Taux bas : le principal vecteur de reprise

Les oiseaux de mauvais augures pourraient taxer le courtier d'excès de confiance et pourtant, force est de constater que les éléments plaidant pour un rétablissement du marché sont bel et bien présents. Ayant marqué de son empreinte l'année précédente, le niveau historique des taux de prêt immobilier s'affirme évidemment comme le premier d'entre eux. Faisant état de nouvelles baisses constatées en janvier, Cafpi affirme à ce sujet avoir réussi à négocier un taux d'emprunt sur 20 ans en-deçà de la barre fatidique des 2% (le taux moyen observé à l'échelle nationale s'établissant pour sa part à 2,64%). Des niveaux de taux auxquels les emprunteurs vont devoir s'habituer puisque ceux-ci devraient se maintenir au moins jusqu'à la fin du premier semestre.

Marchés immobilier et financiers au diapason

Si les taux sont bas, encore faut-il que les banques laissent ouvert le robinet du crédit. L'optimisme est toutefois là encore de mise. « La politique monétaire accommodante de la Banque Centrale Européenne (BCE) devrait maintenir au plus bas les taux d'intérêt et alimenter largement les banques qui ne manqueront pas de fonds à prêter », pronostique ainsi le courtier.

Un pouvoir d'achat en progression

Incités par la faiblesse des taux mais également par l'érosion progressive des prix de l'immobilier, les candidats à l'achat laissent désormais de côté l'attentisme dans lequel ils se complaisaient jusqu'ici. Un retour sur le marché immobilier qui va de pair avec une hausse de leur pouvoir d'achat. Selon le courtier, en ce début d'année 2015, « pour une mensualité de crédit identique de 1 000 euros sur 20 ans, on emprunte 30 000 euros de plus qu'en janvier 2012 ». Un gain qui permet le financement de 12 m² supplémentaires.

VOS REACTIONS